Il est nécessaire pour les grandes zones urbaines de mettre en place un échelon intermédiaire entre la région et la commune, la réponse existe une Communauté Urbaine. En France ce type de structure a facilité le redéploiement de villes comme Lille, Nantes ou Lyon avec une certaine efficacité.

Ici, l’art du compromis ou plutôt la non décision sévit encore. Autrement dit,  on a fait en sorte de conserver une logique de barons sans trop s’encombrer d’une réelle dynamique supra communale qui viendrait interférer dans les affaires du bourgmestre.  Ainsi a émergé la « conférence des bourgmestres » un substitut de communauté urbaine qui en a les allures mais pas les atouts. Une composition qui si elle rassemble les 24 communes de l’agglomération liégeoise ne fait rien d’autre de d’immobiliser l’agglomération empêtrée dans le maintien des jalousies de chacun.

Read More

Liège 2017Depuis le 2010, je suis le parcours de la candidature liégeoise pour l’exposition internationale Liège 2017 au sein du comité de gestion pour Ecolo.

Premier réflexe citoyen, qu’est-ce donc qu’une expo internationale, va-t-on se jeter dans une course effrénée et couteuse ? Est-ce cette candidature peut apporter quelque chose à Liège ?

A partir de là tout est possible, cela dépend de la façon dont on construit la candidature. Et de ce côté, on peut le dire, différentes forces liégeoises ont pu avec maturité regarder dans la même direction.

Read More

Simon CharlierJe l’avoue, je suis BDvore ! Je consulte quasi toutes les semaines le site « BDGest » et quand je me rends en ville dans un de nos magasins de BD, j’ai le portefeuille qui saigne.

C’est donc en toute subjectivité, que j’ai choisi d’aborder ce thème qui me tient à cœur.

État des lieux

Liège bénéficie de deux grandes écoles de BD (l’Académie Royale des Beaux-Arts et St-Luc) et ne compte plus les dessinateurs, scénaristes célèbres. Cependant, force est de constater que, mis à part les librairies spécialisées en BD et les manifestations « économiques », rien n’est fait pour aider ce secteur (si ce n’est bien sûr l’enseignement communal artistique).

Ma proposition

On ne compte plus, les cellules commerciales vides voire même certains bâtiments publics.

Et si on créait une « Maison de la Bande Dessinée Liégeoise » dans un de ces bâtiments ?

On pourrait proposer :

  • une exposition permanente des œuvres de jeunes Liégois(es),
  • des événements spéciaux pour la sortie d’un album,
  • les BD de nos artistes pourraient y être vendues sans commission et à un prix raisonnable (toute proportion gardée, s’inspirer des achats à la ferme, la suppression des intermédiaires garantit un prix raisonnable pour le producteur et le consommateur),
  • etc.

Angoulême c’est peut-être ambitieux comme modèle, mais pourquoi ne pas développer une vraie foire ?

Bref, ceci est une « pierre à casser » comme on dit, mais comme pour écolo la participation citoyenne n’est pas un vain mot, ceci serait mis en place avec la collaboration des auteurs et des écoles.